atelier de Julie Maret_1

180612

Étude au fusain d’après modèle vivant. Trois poses. Vue profil en léger contrebas.

première pose
corps ligne diagonale souple adossée
fauteuil pivotant

nuque droite sous le port de tête
visage adressé
sourcil gauche circonflexe

l’oeil bouge dans l’orbite
balaie cligne horizontal
entre deux fixités

entre deux fixités
battement net des paupières

bras lignes coudées
arcs
des épaules aux mains jointes sur le bas-ventre
entre les arcs se voit le souffle
onde vague sous tissu noir
onde vague
anime l’immobile autour

pieds posés talons sur le sol
points absolument fixes des talons
entre la voûte suspendue des pieds
et
l’arc des mollets
talons posés d’où rien ne bouge
talons posés ancrent la pose

face à la pose
corps droit chevalet
corps droit entre deux regards
ligne debout droite
des pieds posés jusqu’à l’épaule

entre l’épaule
et
le port de tête
ligne cou diagonale
nuque cou pivot des deux regards

bras droit
ligne coudée
pont suspendu de l’épaule à la feuille

vu d’ici
bras gauche se devine
ligne ou coudé
derrière le long du corps

vu d’ici
de derrière le long du corps
la main gauche
poing fermé pétrissant la gomme molle
la main gauche
saille de la cuisse
ou
jaillit du ventre

pêtrir la gomme
fait du poing fermé un coeur battant

certaines séquences de tracé
agitent en secousses l’arc du bras droit
propagation de l’onde au corps debout
axe fixe

broussaille des secousses
canalisées par l’axe fixe
deviennent
va-et-vient pendulaires
autour de l’axe tronc bassin cuisses
amplitude s’amenuisant jusqu’au fixe des pieds

la tête
pivot incessant
entre les deux regards
pivot net horizontal
d’un regard à l’autre
d’un regard devenant l’autre
regard sur la feuille étant déjà
regard sur la pose
et inverse

la tête
pivot incessant
entre les deux regards
rythme régulier
presque
sans faille sans accident
presque
machine du temps
pivot incessant
en source des agitations broussaille
du bras main qui dessine
de la ligne bras main qui va jusqu’à la feuille

la tête
pivot incessant
rythme régulier alliant les deux regards
tempo mesure étai
des broussailles du geste qui dessine
du transfert en broussaille des poses sur la feuille

 

220612

Étude au fusain d’après modèle vivant. Deuxième séance de trois poses.
Même point de vue que la séance précédente.
Écriture à partir de l’espace entre le modèle et le geste.

l’espace
fait de l’entre
geste et fixe
entre
le corps chevalet
le corps adossé

fait de l’entre
pose et broussaille
entre
les frémissements du fixe
les fréquences du geste

l’espace
fait de l’accord
d’aller au trait

espace
fait de l’entre
imperceptible ouvert
muraille d’éponge
poreux
inviolable sinon par lui-même
espace absorbant
sécable
absorbant les coupures les ruptures
renaissant des sections
exactement comme un ver

espace
fait de l’entre
chemin faisant des mutations
chemins pris des devenirs
geste du fixe
fixe du geste

croisée en boucles
de répétitions imparfaites
séquences morcellement
circulations
sans autre agir que d’être
activent la trace sur la feuille
dans l’espace
fait de l’entre
sans autre agir que d’être
la tête fixe adresse au trait
volumes
battements
ce qui palpite encore du geste dans la pose
dans l’espace fait de l’entre
l’autre tête
pivot incessant
passe par elle-même
ramasse
des bribes
morceaux in-signifiants

espace compatient
supportant ensemble
nécessaire immobile
et
gestes du besoin

l’espace fait
passe
par l’autre tête
taille
les broussailles
lentes ou vives
du bras qui trace
l’espace fait
agit

 

100712

Troisième séance.
Passage à la couleur. Huile sur toile d’après modèle vivant.
 
Boudins de couleurs sur vitre palette.
Multitude de pinceaux têtes en l’air dans un pot.
 
Point de vue face à la toile. La pose en ligne de fuite.
Observation des manifestations du geste sur la toile.
 
Croquis préparatoire sur une feuille de kraft qui couvre la surface de la toile.
Long bâton fin, bambou, fusain lié à son extrémité.
Long bâton fin tenu à main droite, bras semi coudé.

long bâton tient l’écart
entre
long bâton tient l’écart
entre
geste et toile
joint
le geste à la toile
est
le geste
long bâton
tient l’écart
entre
l’oeil et le trait

La feuille est ôtée de la toile.
Accrochée à proximité.
Peindre; sur des traces invisibles laissées par le croquis.

pinceau tenu
bout des doigts bout du manche
à main droite

geste bleu gris
plein centre de la toile

geste court geste d’esquisse
bref
geste bleu gris court
s’achève d’un point immobile
geste point du pinceau qui se fige

geste bleu gris
répété plus loin autour
à partir de lui-même
plein centre de la toile
broussaille

geste de recouvrement
geste bleu clair
geste bleu clair parmi le bleu gris
le déborde s’y mêle s’y fond
d’autres bleus surviennent
épais début du geste
puis sa fin délayée

cette fin
ce n’est pas le corps
c’est la charge de couleur
la durée de la charge
la couleur comme autre début source du geste
autre que le corps

le geste bleu clair
ossifie la broussaille à présent fixe
du geste bleu gris
sous l’oeil
la précède
sous l’oeil
chaque nouveau geste
devance
le précédent

geste couche
strate
chaque geste ajoute un précis à la forme
l’image se monte par le fond
le distinct advient par le fond
fermant une plaie ouverte
cicatrisation

au bout d’un geste ligne jaune chair pâle
s’épand un geste tâche du même jaune
le distinct du pied advient
d’un geste brun sombre
sur
le jaune chair pâle

Publicités